Suivez-nous

           Le Gyoza préféré * des Japonais

Le kendama ? C’est le jeu qu’il vous faut !

Le kendama ? C’est le jeu qu’il vous faut !


A vous de jouer 11 janvier 2018

Vous aimez le jeu, les performances, les défis ? Alors, mettez-vous au kendama !

Un bilboquet japonais qui permet de réaliser d’impressionnantes figures. Peut-être même participerez-vous un jour à des tests de classement et des compétitions organisés au Japon et ailleurs dans le monde ?

Le kendama, kezako ?

Ce jeu d’adresse a franchi les frontières nippones et séduit une multitude de jeunes et moins jeunes, notamment chez les fans de sports de glisse, aux États-Unis et en Europe. Je bilboquette, tu bilboquettes... ils bilboquettent... les joueurs de kendama enchaînent les « tricks », ou figures acrobatiques, et composent de superbes et insensées chorégraphies.

Adoptez le bon vocabulaire

Le kendama a le look d’un bilboquet traditionnel marié à un marteau. Traditionnellement en bois, il est constitué par :

  • le ken, manche en forme de marteau, équipé d’une coupelle sous sa base (chûzara) et qui se termine par une pointe aiguisée, le kensaki ;
  • le sarado, pièce centrale, équipée de deux coupelles de tailles différentes (ôzara, la plus grande, et kozara, la plus petite), symboles de la Lune et du Soleil ;
  • le tama, boule percée en son centre afin d’être planté sur la pointe du ken ;
  • l’ito, ficelle d’une quarantaine de centimètres qui relie le ken au tama.

Quelle est la règle du jeu ?

L’objectif, comme au bilboquet, est donc de planter le ken sur le tama. Ken + Tama = Kendama, CQFD !

Pour cela, le joueur débutant tient le ken auquel il impulse un mouvement de balancier, pour soulever le tama qui, à force d’exercice, finira par se planter dans le mille. Mais la particularité du kendama est de ne pas s’arrêter là. Aussi pourrez-vous tenter de poser le tama sur les coupelles, ôzara, kozara et chûzara. Les plus téméraires réaliseront de superbes figures acrobatiques et impressionneront leurs spectateurs.

Facile, Non ? Si vous n’avez pas tout compris... allez voir des vidéos, et vous serez conquis.e.s !

Un petit conseil qui vous sera utile avant de pouvoir participer aux tests de classement et aux compétitions organisées de part le monde : soyez souple sur vos genoux, et n’hésitez pas à les plier et re-plier !

De bonnes raisons de « kendamer»

C’est un vrai sport – vous y dépenserez sûrement quelques calories – qui peut apporter autant de plaisir que de calme et de sérénité (n’oubliez pas que ça vient du pays du soleil levant !). Il paraît que les parents l’apprécient particulièrement parce qu’il tient les enfants éloignés des écrans, et qu’il développe motricité, agilité, concentration, persévérance, créativité...

Et sinon, d’où vient le Kendama ?

Et bien son ancêtre serait en fait le bilboquet, déjà populaire en France au XVIe siècle auprès du roi Henri III et de sa cour. Ce jeu aurait débarqué au Japon au XVIIIe siècle dans la valise d’un importateur, et aurait inspiré un Japonais, Hamaji Egusa, qui en 1920 a opéré quelques transformations et lui a donné sa forme actuelle. Aujourd’hui, au-delà d’un jeu, le kendama est un bel objet, au design précis, en bois naturel ou coloré. Un objet unique !

Nos nouvelles actus


Suivez-nous sur facebook

Partager cette page

Rejoignez notre communauté

Nos équipes vous apporteront rapidement une réponse.

Ecrivez Nous